Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/12/2019

Par bonheur ils n'en avaient pas

« La joie qui naît de ce que nous imaginons détruite ou affectée d'un autre mal une chose que nous haïssons, ne va pas sans quelque tristesse de l'âme. »

(Spinoza Éthique part.3 prop.47)

 

L'affect de haine envers une chose (c'est à dire, je rappelle*, le fait que cette chose – ou même sa seule idée – nous déprime, nous dévitalise), a pour origine un mal éprouvé à cause de cette chose.

(Ça ne veut pas dire que le mal soit toujours voulu de sa part mais bon le fait est là).

L'imaginer détruite ou affectée d'un autre mal est alors une réaction logique de défense contre l'abattement (prop.13 et son scolie*).

Ça nous requinque, nous donne l'impression de regagner l'énergie perdue. Et on croit voir s'inverser le sens du curseur sur notre ligne tristesse/joie (cf À part ces trois-là).

 

Oui mais voilà : on a tous fait l'expérience, comme Spinoza, que cela ne va pas sans quelque tristesse. Autrement dit vouloir du mal à quelqu'un, ou vouloir abîmer quelque chose, on s'en aperçoit vite, c'est à nous d'abord que ça fait du mal, c'est avant tout nous-mêmes que ça abîme.

Et entre nous, lectrice-teur (ne le dis à personne hein), je m'autorise le cynisme de trouver que c'est dommage : sans ce dégât collatéral on aurait là un antidote idéal à tous les empoisonnements de l'existence. Non ?

(Attention il s'agit bien de se payer en douce, à part soi, un petit plaisir d'imagination, et non de passer à l'acte d'un mal réel sur l'autre).

 

À propos de cynisme, je me demande si Spinoza n'en manque pas un peu sur ce coup-là. Car devant certains comportements de persévérance dans la haine (entre autres ceux évoqués la dernière fois), on se demande si leurs auteurs ne sont pas en proie au masochisme d'un conatus vraiment très con ? Ou incapables de ressentir une quelconque tristesse de l'âme ?

Si c'est la deuxième option, on doit en déduire que chez de tels bourrins il en va de l'âme comme d'une partie plus matérielle dans la chanson Hécatombe de Brassens : par bonheur ils n'en avaient pas**.

 

*cf Parce que

**La formule s'y applique aux cognes. Le côté gauloiserie vintage et antiflic primaire (là ce sont des gendarmes) fleurant un anarchisme vieillot (mais par définition l'anarchisme est régression) est compensé par l'humour burlesque et cartoonesque de la scène. (C'est Brassens quand même).

 

09:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

06/12/2019

Inclassable

« Si quelqu'un a été affecté, par quelqu'un d'une certaine classe (classis = catégorie, groupe) ou nation différentes de la sienne, d'une joie ou d'une tristesse qu'accompagne, comme cause, l'idée de celui-ci sous le nom universel d'une classe ou nation : il aimera ou il aura en haine non pas seulement celui-ci, mais tous ceux de la même classe ou nation. »

(Spinoza Éthique part.3 prop.46)

 

Cette proposition expose clairement ce l'on nomme aujourd'hui (assez barbarement mais bon) « essentialisation », réflexe au fondement du mécanisme de l'antisémitisme et de tous les racismes : si ce n'est toi, c'est donc ton frère ...

 

C'est pourquoi ici le sous-texte (cf D'une âme ingrate) se fait évident, et quelque peu poignant. Spinoza, dont la famille avait dû fuir un Portugal devenu hostile aux Juifs, n'a pas manqué d'être en butte, même dans la tolérante Hollande, à la haine visant ceux de (sa) classe ou nation.

Une haine en forme de soupçon : « C'te philosophie plus ou moins athée, ça cache un désir de nuire à la cité. À quoi s'attendre d'autre de la part d'un membre d'un peuple apatride ? »

Dans son livre Le clan Spinoza* Maxime Rovère cite des propos du genre : Spinoza cherche à nous déchirer de ses épines (pour rappel : spinosus = épineux).

Le « nous » en question désignant selon les moments, selon les écrits du philosophe, des classes différentes. Y compris des amis lui voulant (sincèrement) du bien.

Y compris (et c'est le plus piquant de l'affaire) sa classe d'origine, car il ne fut pas en odeur de sainteté non plus auprès de certains courants du rabbinat d'Amsterdam.

 

Bref vouloir penser en homme libre fait de vous l'autre de tous les « nous », l'inclassable de toutes les classes.

 

*(cf Philosophie pratique)

 

08:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

04/12/2019

Présence d'esprit

Les hommes sont plus disposés à la vengeance ou à l'ingratitude qu'à rendre un bienfait : tel est le constat des propositions précédentes.

 

L'ingratitude, au-delà du superficiel non-remerciement, consiste à négliger le bienfait proposé, ne pas s'en saisir. Et cela parce que souvent on le méprise, on ne voit pas que c'est un bienfait.

La tristesse qui en résulte est aussi affaiblissante que celle provoquée par la honte. Elle contrarie encore plus radicalement le mouvement d'acquiescentia in se ipso. (cf Pénible à tous)

 

La vengeance, elle, est la haine-même, tout comme l'envie (cf Qu'il vive) dont elle est en quelque sorte le bras armé.

Comment arrêter son mécanisme, qui par définition s'auto-entretient ?

 

« La haine est augmentée par la haine réciproque, et peut être effacée par l'amour en retour» (Spinoza Éthique part.3 prop.43)

Être effacée traduit deleri = être détruite. En retour traduit la préposition contra : une chose est mise en face d'une autre, lui est opposée. Ce peut être apporter la contradiction à un argument, endiguer un mouvement etc.

Haine réciproque, amour en retour. Le parallélisme de la formule semble indiquer une parade, comme on lèverait un bouclier pour s'y abriter. En fait il s'agit de prendre le risque d'un changement de paradigme.

 

La réciprocité de haine c'est un réflexe : on renvoie la patate chaude qui vous brûle les doigts à celui qui vient de vous la balancer. L'autre, mû par le même automatisme (et la même douleur), vous la rebalance, et ainsi de suite.

Résultat : affluence monstre au service des grands brûlés, où de lit en lit se peaufine l'épopée des patates chaudes :

« Alors, malgré mes mains en sang, j'ai rebalancé la patate, pour l'honneur de la patrie (ou de Dieu ou de n'importe quoi ou juste de moi)

- Purée ! T'es un héros, mec ! »

 

L'amour « contra » ce pourrait être : éviter la patate d'un souple mouvement, puis la ramasser avec précaution, souffler doucement dessus pour la tiédir, la goûter, et la tendre à l'autre en face, avec un sourire.

Il se peut, dit ici Spinoza, que cet autre en face, devant cet inattendu, suspende son geste de balancer la patate suivante …

Il se peut, mais c'est pas sûr. Alors un conseil : profitez de son étonnement pour vous barrer vite fait.

 

« L'homme libre montre la même vaillance ou présence d'esprit à choisir la fuite qu'à choisir le combat ».

(part.4 corollaire prop.69)

 

 

08:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)