Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/04/2016

Ubuesque ?

Y a des jours j'ai des doutes. Des éclairs de lucidité. Et je me dis que sans que ce soit proprement ubuesque, ni même dantesque ou kafkaïen, tenter de rendre compte de ma plongée au milieu de Spinoza (cf ABS), et qui plus est à travers un blog, relève pour le moins disons du « compliqué ».

Compliqué. C'est toujours étonnant : un mot qui devient d'un seul coup, comment pourquoi va savoir, incontournable pour le temps d'une séquence. D'abord dans les médias « Le président entame une séquence compliquée » puis se répandant « Une baguette bien cuite ? Ah ça va être compliqué ».

On a l'impression de voir prendre comment dire, un amalgame.

Mais en l'occurrence c'est le mot. Spinoza c'est quand même un peu compliqué, et par voie de conséquence sa lecture n'est pas des plus simples.

Quant à donner écho de cette lecture, on est déjà dans le compliqué de troisième main, ce qui équivaut à un compliqué puissance 3.

 

Bref donc, le doute qui me saisit certains jours, aujourd'hui par exemple, peut se formuler ainsi : Est-ce que par hasard je ne cherche pas inconsciemment à perdre des lecteurs ?

- Ach …

- Ah non c'est pas le moment.

- Ja ja OK Ich dis « ach » Ich dis nichts.

Je disais donc déjà écrire sur Spinoza c'est limite pour être retwitté, liké, partagé. Mais alors le truc abscons de la dernière fois, l'amour intellectuel de Dieu, intellectuel n'est pas ce qu'on entend par là d'habitude, ni Dieu ce qu'on croit ...

 

Oui mais voilà. Imaginons que j'aie fait l'impasse sur tout ce compliqué. J'avoue que ça m'a tentée : entre Melle VE et DSN côté accessibilité conceptuelle y a pas photo.

Seulement dans ce cas, j'aurais commis une double faute : faute intellectuelle en simplifiant abusivement toutes les complexités et subtilités, trahissant ainsi la manière de Spinoza.

Faute éthique ensuite, dans ce qui aurait été un mensonge par omission frisant la manipulation. (Cela dit si vous avez lu jusqu'ici vous savez qu'une faute intellectuelle est déjà une faute éthique).

Manquer d'éthique à propos d'Éthique : un comble non ? Ce serait comme, je sais pas, manquer de sens du bien commun en politique. Autant dire inimaginable.

 

Bref si je vous inflige tout ceci, ô lecteurs éprouvés, c'est qu'envers le grand Spinoza, je ne veux pas faire preuve d'inélégance et de désinvolture. Y a pas écrit Melle Vanden Ende.

- Non mais ça commence à bien faire, là ! Tu sais ce qu'elle te dit Melle Vanden Ende ?

 

 

09:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

11/04/2016

Troisième type

 

L'histoire du 3° type de connaissance commence ainsi :

« Il est de la nature de la raison de percevoir les choses sous un certain aspect d'éternité. » (Ethique corollaire 2 prop 44 Partie 2)

Vous allez penser je parie comme ce cher Colerus : « Il faut bien qu'il se joue des termes d'éternel & d'infini, il appelle infini ce à quoi l'entendement humain ne peut trouver de bornes. »

Sauf que si l'entendement voit pas de bornes, c'est pas qu'il est trop borné pour, c'est juste que des bornes y en a pas (vu que l'éternité est l'existence-même cf Temps). Du coup, Dieu nous débloque, impossible de les dépasser et Spinoza ne triche pas CQFD.

Il nomme la 3° connaissance science intuitive. Genre au lieu de passer par un raisonnement, on voit direct

« étant donné les nombres 1,2,3, il n'est personne qui ne voie que le quatrième nombre proportionnel est 6, parce que c'est du rapport même que nous voyons d'un seul coup d'oeil qu'a le 1er avec le 2° que nous concluons le 4°. » (scolie 2 prop 40 P2)

Mettons. Mais question : quel est l'intérêt ? Aller plus vite ? Vu qu'on est sous un certain aspect d'éternité ... L'intérêt c'est ça il paraît : « Tout ce que nous comprenons par le 3° genre de connaissance nous délecte.» (prop 32 Partie 5)

Nous délecte OK on veut bien mais comment ?

« Du troisième genre de connaissance naît nécessairement un Amour intellectuel de Dieu. Car de ce genre de connaissance naît une Joie qu'accompagne l'idée de Dieu comme cause, c'est à dire un Amour de Dieu, non pas en tant que nous l'imaginons comme présent, mais en tant que nous comprenons que Dieu est éternel, et c'est là ce que j'appelle Amour intellectuel de Dieu. » (corollaire prop 32)

NB : ne pas oublier que "Dieu" chez Spinoza est un concept (Deussivenatura) irrécupérable par quelque religion que ce soit (cf Nature)  

Nous voici cependant je le crains aussi paumés que Pâris en son temps. Pour ma part voici comment je comprends, à la guerre comme à guerre (euh oui guère serait plus juste).

AID (amour intellectuel de Dieu) est l'affect qui porte l'intellect à faire corps avec Deussivenatura :

c'est la conscience heureuse, positive, du lien mutuel d'appartenance entre soi et nature/réel/espace-temps dans tout son déploiement.

Disons encore autrement c'est l'adhésion à la fois rationnelle affective et sensitive à la fonction vie et à toutes les valeurs qu'elle prend. Une adhésion non pas générale et acquise une fois pour toutes, mais à renouveler dans le concret de chaque instant et occasion, dans un perpétuel mouvement d'ajustement à ce qu'il y a.

« Que cet amour se rapporte à Dieu ou bien à l'esprit, c'est à bon droit qu'on peut l'appeler satisfaction de l'âme (animi acquiescentia), laquelle en vérité ne se distingue pas de ce qu'on appelle Gloire dans les livres sacrés.

Par là s'éclaire (s'il le dit ...) pour nous comment et de quelle façon notre esprit suit de la nature divine selon l'essence et l'existence et dépend continuellement de Dieu ; et j'ai pensé qu'il valait la peine de le noter ici pour montrer par cet exemple toute la force de la connaissance des choses singulières que j'ai appelée intuitive ou du troisième genre. »

(Scolie prop 36 Partie 5)

Cet AID serait ainsi l'affect d'adhésion sous sa face externe de rattachement au système global, sa face interne étant la complémentaire AISI, l'adhésion à soi (cf Humilité ambitieuse). 

 

 

09:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

09/04/2016

Troie (impair)

 

Qui a réfléchi que si Pâris avait eu l'idée de distribuer trois pommes, une pour chaque déesse, la guerre de Troie aurait été évitée ?

Bien qu'il n'en fasse pas mention explicitement, je parie que Spinoza, lui, y a réfléchi. Imaginant le raisonnement que Pâris aurait pu tenir.

« Trois déesses impliquent nécessité de trois pommes. Sans quoi l'une ou l'autre ou l'autre, me voyant offrir une pomme à l'une et pas à elle ni à l'autre (mais ça elle s'en fout), fera sa crise d'hystérie, tombera dans les euh enfin se pâmera.

Et qui se prendra une tarte dans la gueule à l'arrivée ? Ma pomme évidemment. CQFD. »

Pâris ne raisonna pas ainsi, soit qu'il fût trop con pour le faire, soit qu'il fût la proie de la fatalité, toujours à l'affût d'une bonne poire. La suite est connue.

Spinoza, lui, un savait raisonner deux se moquait de la fatalité, illusion mythique, et trois respectait la nécessité.

« Sachant que l'accès à un agir éthique est conditionné par l'outil de la connaissance, il faut regarder ce qu'on a en catalogue » dit-il.

Il ouvrit donc le catalogue du Système S à la page C, et y trouva trois genres de connaissance. Premier genre :

« Nous formons des notions universelles à partir des singuliers qui se représentent à nous par l'entremise des sens de manière mutilée, confuse et sans ordre pour l'intellect. C'est pourquoi j'ai coutume d'appeler de telles perceptions connaissance par expérience vague. » (scol 2 prop 40 Partie 2 )

Tout aussi confuse, la connaissance par opinion ou imagination qui se réfère à des signes, autrement dit fonctionne par des automatismes d'association. Lesquels ne sont pas fiables, car ils ont pour support des contenus mémoriels archivés aléatoirement sous l'effet des affects :

« Il faut noter que tous ne forment pas ces notions de la même manière, mais qu'elles varient pour chacun en fonction de la chose qui a le plus souvent affecté le corps et que l'esprit a le plus de facilité à se rappeler. » (scolie 1)

Par exemple sous l'effet du bombardement récurrent de telle propagande ou publicité.

Telle est donc la connaissance du premier genre. Une pseudo-connaissance de mode passif ne mettant pas en jeu le potentiel d'acuité de l'intellect.

Une pomme mal assimilable qui risque de nous rester sur l'estomac « La connaissance du premier genre est l'unique cause de fausseté. » (prop 41)

Le principe de précaution nous commande donc de la jeter.

Restent les deux autres genres.

La connaissance du 2° genre est tout simplement la cohérence géométrique qui nous fait admettre la réalité. (Ou plutôt "l'adopter" cf Libération)

« nous sommes une partie de la nature entière, dont nous suivons l'ordre. Si nous comprenons cela clairement et distinctement, cette part de nous qui se définit par l'intelligence, c'est à dire la meilleure part de nous, y trouvera pleine satisfaction.

Car en tant que nous comprenons correctement ces choses-là, en cela l'effort (conatus) de la meilleure part de nous-mêmes convient avec l'ordre de la nature tout entière. » (Éthique fin de la Partie 4)

 

 

 

10:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)