Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/05/2016

Inconstance (8 et fin)

 

Alors Sylvestre s'entendit murmurer :

« Bonjour, Constance (non, cela n’est pas inventé, elle s'appelait vraiment ainsi, que voulez-vous, le destin), je suis venu vous souhaiter un prompt rétablissement ... Et aussi vous annoncer que je dois partir dès demain aux USA pour des affaires de famille ».

Il y a des moments où la famille a bon dos.

« Je n'avais pas encore trouvé l'occasion de vous le dire, mais j'ai à Miami un oncle atteint d'une tumeur en phase terminale, et comme je suis son seul neveu, enfin à vrai dire par alliance, mais ... »

Mais Constance (maintenant qu'on le sait) ne le laissa pas s'enferrer davantage.

Preuve s'il en fallait qu'un amour vrai pardonne tout, qu'un cœur noble excuse toutes les bassesses, et qu'un pourcentage suffisant de peau brûlée au troisième degré vous cuirasse contre tous les manques du plus élémentaire savoir-vivre.

Elle ferma les yeux et lui dit doucement :

« Adieu, Sylvestre, je ne regrette rien ». C'était vraiment une femme admirable, preuve s'il en fallait du haut niveau de rectitude morale requis pour enseigner la SVT.

 

Bon maintenant, parlons peu, parlons bien.

Si on était dans une bonne vieille série américaine des années quatre-vingts, on pourrait faire se jeter Sylvestre à genoux, bouleversé par cette phrase.

Il se souviendrait fort à propos d'une femme qui aurait été amoureuse de son père là-bas, au cours de vacances sur la côte Ouest, et dont le sixième mari était justement un extraordinaire chirurgien plasticien, capable de ...

 

Mais nous préférons la vérité, n'est-ce pas ? La vérité, la voici, toute nue : il se pencha sans un mot pour effleurer la joue de Constance d'un baiser bonne conscience.

Et, lorsqu'il sortit, il prit bien soin de refermer la porte tout doucement, comme il se doit à l'hôpital, mettant du même coup un point final à leur histoire.

Et à ce récit par la même occasion.

 

 

 

 

 

09:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

11/05/2016

Inconstance (7)

 

Mais les médecins lui représentèrent que pour l'instant entourer Mlle Fortmolle de trop d'ardeur risquait de mettre sa vie en danger : il fallait laisser aux brûlures le temps de cicatriser.

Sylvestre laissa, occupant son amoureuse impatience à se remémorer les charmes enivrants de sa bien-aimée, qui donnaient quelque chose de si piquant à son mâle courage.

Enfin on l'autorisa à aller lui rendre visite. Elle qui était passée de la chambre 322 à la chambre 213, étage du dessous, au fond du couloir à gauche.

 

Sylvestre entra. On avait le matin même retiré à Mlle Fortmolle ses derniers bandages. Sur le drap impitoyablement blanc de l'hôpital, il vit un visage que le feu avait sabré à grands coups iconoclastes.

 

Le temps d'un éclair, Sylvestre revit la palpitation des ailes du nez, la peau si fine qu'on l'aurait dite transparente, les taches de rousseur sur les pommettes, qu'il devinait sucrées comme de petits œufs de Pâques, et surtout cette fossette qui se creusait au coin droit de sa bouche quand elle prononçait certains mots.

Il se souvint de l'envie impérieuse de l'embrasser qu'il avait ressentie un matin alors qu'elle disait aux premières B3  « Le devoir sur la respiration me sera remis vendredi ».

Mais en cet instant, considérant ses joues couturées il ressentit, hélas la vérité m'oblige à le dire, un haut-le-cœur. Il fut pris de panique à l'idée qu'il était entré pour demander sa main à Mlle Fortmolle.

 

Des mains, il y en avait deux sur le drap blanc, deux feuilles mortes craquelées abandonnées sur un tas de neige.

 

Sylvestre alors sentit qu'il ne serait jamais à la hauteur. Sans chercher à l'excuser, on doit à la vérité de dire que naître sans peau ne confère pas toutes les vertus, et que Sylvestre, tout écorché vif qu'il fût, avait le droit, après tout, de manquer de sensibilité.

 

Et aussi que rien n'est plus effrayant que le vrai visage de l'amour.

 

À suivre.

 

 

 

 

10:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

09/05/2016

Inconstance (6)

 

Lequel Sylvestre gisait (pour une fois qu'on a l'occasion d'employer ce verbe, on ne va tout de même pas bouder son plaisir, aussi grave que soit l'heure) dans un coin que les flammes n'avaient pas encore atteint : il faut dire qu'elles étaient occupées à consumer l'écorché mis naguère au chômage par les séduisantes prestations du vacataire de travaux pratiques.

En l'état actuel de l'enquête, et sans qu'ait été encore décryptée la boîte noire, impossible de dire en quoi il était exactement, mais il ne résista pas longtemps à l'ardeur des flammes.

Mlle Fortmolle, n'écoutant que son courage, et ce n'était pas chose si aisée avec le vacarme de l'incendie, chargea Sylvestre sur son dos d'un coup de rein.

Le terme de forte femme, on peut le constater, n'a pas été employé à la légère. Puis elle entreprit de traverser les couloirs atlantesques du quatrième étage.

Comme elle aimait vraiment le cinéma, elle eut la pensée que ça ressemblait décidément à Autant en emporte le vent, sauf que les rôles se trouvaient inversés, elle en euh … Rhett Butler, et euh … Sylvestre en Scarlett. Ce qui finalement ne lui allait pas si mal, surtout pour les euh … yeux.

A cet instant, la pensée du regard azuréen la troubla tellement, qu'elle sentit tout tourner autour d'elle, et s'évanouit. Ce que Rhett Butler n'aurait pas fait, il faut le concéder, mais le monde est un tissu d'imperfections.

 

Il est inutile de saluer ici le courage et l'efficacité des pompiers de la ville. Qu'il suffise de se placer auprès du lit de la chambre 322 de l'hôpital, deuxième étage, service des grands brûlés. On pouvait y voir gésir (allons, quand c'est de bonne qualité, ça ne peut pas faire de mal) une Mlle Fortmolle fiévreuse, dolente et enveloppée de gaze stérile de la tête aux pieds. Mais vivante !

Trois chambres plus loin, Sylvestre, lui, était déjà quasiment tiré d'affaire, car en s'évanouissant Mlle Fortmolle avait eu le réflexe de recouvrir de son corps celui de son cher écorché.

Quand on lui eut raconté avec quel héroïsme Mlle Fortmolle lui avait sauvé la vie, son amour redoubla et il brûlait d'impatience d'aller se jeter au pied de son lit pour demander sa main.

 

À suivre.

 

 

09:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)