Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2016

Fabricius

« Spinosa n'eut pas plutôt publié quelques uns de ses ouvrages, qu'il se fit un grand nom dans le monde, parmi les personnes les plus distinguées, qui le regardaient comme un beau génie & un grand philosophe. »

(Vie par Colerus)

Les personnes les plus distinguées : qu'est-ce à dire ? Colerus entend par là ce qu'aujourd'hui on nommerait les élites. Les gens qui ont du pouvoir et sont en vue.

Pouvoir et distinction qu'ils doivent à leurs éminentes qualités morales, intellectuelles, artistiques …

Non je plaisante évidemment. De quoi élites est-il le nom ?

D'élus politiques sondagisés, de dirigeants z'et actionnaires de grands groupes, d'artistes marketés, de buzzant gazettiers z'et tautoproclamés z'intellectuels.

Bref le mot élites fait de toute évidence référence à l'aptitude à aller dans le sens du vent de façon à se placer du côté du manche.

Autrement dit son synonyme le plus exact serait, aujourd'hui comme alors, « conformes ».

Il y eut bien sûr des personnes réellement distinguées pour percevoir la valeur de Spinoza, parmi ses pairs, savants, philosophes. Ceux-là firent ce qu'il convient : entrer avec lui dans un fécond dialogue.

Ici rien à voir, le distingué en question est « Monsieur Stoupe Lieutenant Colonel d'un régiment suisse au service du Roi de France (qui) commandoit dans Utrecht en 1673 »

et qui « avait d'autant plus envie de l'y attirer que le Prince de Condé qui prenait alors le gouvernement d'Utrecht, souhaitait fort de s'entretenir avec Spinosa. » (pour lui proposer l'octroi d'une pension).

Le passage de Spinosa à Utrecht le fit mal voir par les gens de la Haye, because relations & allégeances plus embrouillées que ça tu meurs entre princes rivaux se disputant l'Europe.

Or en plus dit Colerus on n'est pas sûr qu'il ait vraiment parlé avec Condé. C'est ballot faut bien le dire.

Un cran au-dessus de Stoupe sinon de Condé, « l'électeur palatin Charles Louis, de glorieuse mémoire, informé de la capacité de ce grand philosophe, voulut l'attirer à Heidelberg pour y enseigner la philosophie ».

Il charge le « célèbre Docteur Fabricius, professeur en théologie bon philosophe et l'un de ses conseillers, d'en faire la proposition à Spinosa ». Il pourra enseigner tout ce qu'il veut, sauf à aller « contre la religion établie par les lois ».

Pour l'amadouer Fabricius le « régale du titre de Philosophe très célèbre & de génie transcendant. » Avec ça, on fait dire ce qu'on veut à n'importe quelle élite conformée, qu'il se dit le Fabrice.

Mais Spinoza, lui, vit là « une mine qu'il éventa aisément. »

Non merci, répondit-il, j'ai pas le temps, enseigner c'est pas mon truc, tout ça.

«De plus je fais réflexion que vous ne me marquez point dans quelles bornes doit être renfermée cette liberté d'expliquer mes sentiments, pour ne point choquer la religion. »

Malin, non ? Retour à l'envoyeur, arroseur arrosé. Ce pauvre Fabricius n'a plus qu'à la fermer s'il veut pas d'embrouilles.

Fallait pas se frotter à Spinoza l'affûté, mon pauvre vieux.

Moralité avec du miel on attrape les mouches à buzz, mais pas un spécialiste en stratégie de l'araignée. L'observation des prédateurs fait la survie des proies.

D'où la devise de Spinoza : Caute (= attention !)

 

 

09:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

26/02/2016

Et cetera

 

Écervelé pas vraiment.

Éclairant, dissolveur de ténèbres

(oui dissolveur, parce que dissolvant ça sonne manucure et dissoudeur ça fait job mal payé), sans haine de la nuit mais dans la passion du jour. Lucide et précis. Polisseur de lentilles (à plus de dix sous de l'heure) et étudiant l'arc-en-ciel.

Édifiant, architecte phrase à phrase d'une œuvre de liberté.

Égrotant toujours, la faute à une santé faiblarde et un manque de confort.

Élitiste ? N'aimant en tous cas ni les cons ni les menteurs ni les violents. À ce compte l'élitisme n'est-il pas un humanisme ?

Élucubrant ? Oui car au premier sens élucubration = ouvrage exécuté à force de veilles et de travail (dit Robert en ses propres élucubrations).

Élyséen, roi au séjour des bienheureux.

Émancipateur, libérateur, anti-tristesse, anti-passivité.

Embrasé, certains auraient bien voulu l'y voir sur quelque bûcher. Mais il ne quitta pas la protectrice Hollande.

Émigré il ne le fut jamais, mais ses pères l'avaient été, fuyant le Portugal, et avant eux ils furent tant d'autres à fuir. Mon père était un araméen errant.

Émouvant au sens propre, à vous remuer les neurones, à vous déloger de vos certitudes, à vous arracher à vos inerties, à vous enthousiasmer.

Empêcheur de tourner en rond, les mouches en savent quelque chose. (cf Asticot)

Endetté non, enrichi non plus, détaché de l'argent tout simplement, ne vivant que dans la valeur d'usage des choses, au plus près de ses besoins.

Entêté un peu quand même, disons persévérant dans ses affirmations.

Entomologiste, les mouches et araignées en témoigneront.

Entrepreneur, créateur de richesse oui, mais syndiqué au Medef pas que je sache. Divergence d'interprétation du mot valeur ?

Épicier il cessa de l'être, laissant le commerce familial à son frère. Chacun ses spéculations.

Épineux oui forcément (cf Baruch), pas toujours commode, et subtil, aigu, pointu, précis.

Épistolier beaucoup, dans la République des Idées s'échangeaient moult missives.

Époux ben non, la faute à cette mijaurée de Melle Vanden Ende (cf Bible).

Éprouvé et réprouvé, rejeté bêtement par cons & méchants associés.

Essentiel quoi d'autre ?

Esthétique comme peut l'être une démonstration mathématique. Pour le reste pas moche sur ses portraits (beaux yeux surtout) mais peut-on s'y fier ?

Éthique. Forcément.

Exact : exact.

Excentrique, inscrit dans aucun cercle.

Exigeant autant qu'exemplaire.

Existant

"car le sage étant, par une certaine nécessité éternelle, conscient de soi, de Dieu et des choses, jamais il ne cesse d'être."

(Scolie final de l'Éthique)

 

09:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

23/02/2016

Désir

 

Urgence peut être mais vu le rythme qu'on a pris, on n'est pas rendu à Z. Il nous faudrait un Spinoza Tour en 8 jours genre visite de l'Europe pour classe moyenne chinoise.

Ou alors un Spinoza speed-dating. Un speedoza quoi. (Le calembour destroy, comment y renoncer, car tel est le conatus de ma façon).

Mais soit, je vous ai compris, ô mes lecteurs, je vais accélérer le mouvement pour ne pas vous lasser. Et accessoirement pour ne pas me lasser moi-même, car inlassable je ne suis hélas.

Bref donc : le désir. Imaginons que je sois paresseuse et que je copiecolle en gros ce que j'écrivis dans ce même blog sur ce même sujet, le 16 juillet 2013.

« "Par Affects j'entends les affections du corps qui augmentent ou diminuent, aident ou répriment, la puissance d'agir de ce corps, et en même temps les idées (= représentations mentales) de ces affections." (P3 déf 3)

L'affect est donc une force d'impact aussi bien dans le plan réel des corps, que dans celui, abstrait et imaginaire, de leurs représentations en idées.

Comme toute force, il se caractérise en deux paramètres : intensité et direction.Toute la machine des affects dans l'Éthique fonctionne par combinaison de ces deux paramètres.

L'intensité de la force permet de distinguer affects actifs et affects passifs. Les affects passifs diminuent la puissance, les actifs l'augmentent.

La direction de la force permet de distinguer ce qui va dans le sens du conatus, ce qui l'aide, de ce qui va à son encontre, le freine, le réprime.

Le moteur de la machine est le désir (cupiditas), moteur démarrant sous un impact quelconque.

"Le désir est l'essence-même de l'homme en tant qu'on la conçoit déterminée, par suite d'une quelconque affection d'elle-même, à faire quelque chose. (P3 déf1)

J'y embrasse ensemble tous les efforts (conatus) de la nature humaine que nous désignons sous les noms d'appétit, volonté, désir ou impulsion (appetitus voluntatis cupiditatis vel impetus) lesquels varient en fonction des variations de l'état d'un même homme, et il n'est pas rare de les voir tellement opposés entre eux que l'homme, tiraillé en des sens divers, ne sache où se tourner." (Explication déf 1).

(CQNPD en effet).

Il y a deux autres affects de base, qui déplacent le curseur dans des sens opposés sur l'échelle mesurant la puissance.

"La joie est le passage de l'homme d'une moindre perfection à une plus grande (déf 2) La tristesse est le passage de l'homme d'une plus grande perfection à une moindre."(déf 3)

Ni joie ni tristesse ne sont des valeurs absolues, mais bien des différentiels de perfection (= d'adhésion à tout le réel, déjà actualisé ou encore potentiel).

C'est donc le passage, le mouvement du curseur qu'il faut repérer. D'où les procédures qui balisent le parcours éthique

1/ repérer quand le moteur Désir se met en marche

2/ observer dans quelle direction il déplace le curseur Joie/Tristesse

3/ ramener ce curseur à un niveau compatible et si possible favorable pour son conatus. » (écrivais-je donc en ce temps-là).

Conclusion : Voilà toute l'affaire. Reste plus qu'à le faire. C'est pas facile ? Qui a dit le contraire ?

Remarques :

a)On cite souvent "le désir est l'essence-même de l'homme" en oubliant "en temps qu'on la conçoit déterminée". (cf Conatus)

b)Il met dans le même sac désir et volonté. Et ça, "c'est vraiment lui".

 

 

08:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)