Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/10/2014

Mea culpa

J'ai encore triché décidément je suis irrécupérable, sauf à me recycler en homme politique ou entrepreneur en négociatude. Car sur l'étagère des essentiels côté latin il n'y a que ce bon vieux Gaffiot, voilà la vérité. Mais j'allègue pour ma défense la pureté de mes intentions. J'ai cherché à éviter une fastidieuse répétition. Après dico Robert dico Gaffiot vous auriez crié à l'overdose tels que je vous connais. Passons donc l'éponge voulez-vous. Mais promis, plus d'égarement désormais, tout va rentrer dans l'ordre, et d'abord alphabétique, puisque je m'en vais vous énumérer selon yceluy les livres de mon étagère des essentiels.

La Bible. On ne présente plus.

La Bible dévoilée(2001).Contrairement à ce que ce titre pourrait laisser accroire, il ne s'agit pas de spéculations fumeuses z'et ésotériques, mais d'archéologie biblique (titre original The Bible unearthed). Il est dû à un duo d'historiens, Israel Finkelstein et Neil Asher Silberman. Faut un peu s'accrocher par moments, car un historien, surtout archéologue, a un tel souci du détail exact assorti d'un tel tropisme reconstructeur qu'il peut passer 30 pages sur un bout de caillou qui lui permet de démontrer l'existence d'un mur d'enceinte, mur qui était le chaînon manquant pour la validation d'une hypothèse. Alors vous pensez quand ils sont deux archéologues. Après c'est trop mignon comme ils exultent pendant 30 autres pages de la chance qu'ils ont eue de tomber sur ce bout de caillou et pas un autre. Bref il s'agit dans ce livre d'une mise à plat historique sur ces nomades et agriculteurs d'il y a trois mille ans, qui ont su fabriquer, en des temps de détresse et de gloire, une récit dont la fécondité n'a cessé d'essaimer au-delà de ce peuple.

Très instructif, il complète la lecture du précédent en étudiant comment, où, pourquoi se sont mises en place les productions mythiques, les inventions de storytelling qui ont cours dans tout texte religieux qui se respecte.

Un travail indispensable pour ne pas lire la Bible idiots, qui n'enlève rien, au contraire, à ses intérêts anthropologique et éthique. Or ce sont bien les deux raisons pour lesquelles, que l'on soit croyant au dieu judéo-chrétien ou pas, la Bible peut revendiquer une place d'honneur au hit parade des essentiels.

 

Le livre des psaumes (OK c'est pas l'ordre alphabétique, mais un minimum de logique s'impose). Lorsque je me suis lancée dans un commentaire de quelques uns de ces textes, comme je suis presque aussi sérieuse qu'un archéologue, j'ai jugé bon de limiter autant que possible le risque de dire des stupidités. D'où le choix du livre dans la traduction bilingue hébreu-français de Lalou et Calame chez Albin-Michel, qui m'a paru des plus fiables. Peut être qui sait si ça me prend je vous parlerai des psaumes un de ces jours. En attendant, lisez-les, vous ne perdrez pas votre temps.

 

 

 

 

17:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

01/10/2014

Latin pour débutants

« Civilisation : otium et negotium ».

Latin pour débutants, petit livre aussi peu hâbleur que son titre, ne laisse pas de proposer d'enchanteresses découvertes en littérature et civilisation latines. Aucune ironie enchanteresses j'ai bien dit, même pour qui n'a pas eu la chance de parler le latin comme langue sienne maternelle.

Montaigne aimait chez Jules (César) le style soldatesque qui va droit au but, et pour les mêmes raisons j'eus du temps de mes latineries scolaires un gros faible pour ses gauloisitudes, car le soldatesque aux phrases nettes m'assurait une version sans trop de prise de tête, évitant ainsi à ma copie une annotation mortifiante, Des faux sens, Attention aux contresens, et jusqu'au rédhibitoire Trop de contresens.

Mais revenons à otium et negotium. En Latinie, les personnes distinguées n'avaient pas le souci de gagner leur vie, celle-ci étant assurée par une fortune personnelle qu'ils gardaient pour eux. C'étaient en général des héritiers de grandes familles appelées gentes. (Ex le général Jules était de la gens julia). D'autres fois ils avaient accédé à la fortune en question autrement qu'en naissant dans la gens ad hoc, par des moyens clairement immoraux mais pour le dire dans la langue de l'époque dives-divus. Ne cherchez pas dans les pages roses je viens de l'inventer, ça se traduit approximativement par rich is beautiful. D'autres n'avaient pas cette chance, le vulgum pecus, troupeau des gens qui n'appartenaient à aucune gens digne de ce nom, le peuple de Latinie d'en bas. A ne pas confondre avec le bas-latin ou le Palatin qui est un peu plus haut.

Les premiers pouvaient passer leur temps dans l'otium. Il ne s'agissait pas d'inaction mais d'activités librement choisies et plutôt gratifiantes, art, philo, science, politique. Juste ils n'étaient pas censés en retirer du fric (ou alors discrètement par des montages financiers de sociétés écrans domiciliées dans des paradis fiscaux). En effet le couple otium-negotium n'est pas construit sur la distinction faire ou ne pas faire, mais sur vendre ou ne pas vendre. Vendre, que ce soit des choses ou de la force de travail, c'est ce que devaient faire les autres, les Latins d'en bas. Ils étaient donc obligés de renoncer à l'otium (ce que dit le mot neg-otium) pour gagner leur vie. Sinon eux aussi ils auraient fait sénateur, ou consul ou ami de Mécène, tiens ! Y a pas écrit stultus.

 

En tous cas les uns comme les autres s'étonneraient de la permutation des signes positif et négatif entre ces deux termes et leurs descendants. Le négoce est la valeur suprême du Marché, sur laquelle s'indexent toutes les autres. Sais-tu vendre ou te vendre ? Bravo tu es un entrepreneur créateur de richesse. En revanche qui dit oisiveté sous-entend L'oisiveté est la mère de tous les vices. Phrase frappée au coin du bon sens, la preuve l'oisiveté c'est un truc de chômeur, ou d'intermittent du spectacle, ou de tout autre salaud d'assisté qui se gave indûment des richesses que le bon négoceur n'a pas pu sauver du fisc.

08:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

28/09/2014

Bob. My name is Bob.

Voici que je me découvre une aptitude inattendue à la politique : car que dire de ma relation pour le moins lâche à mes promesses et décisions, voire à mon intégrité morale ? A peine en effet m'étais-je engagée à faire un parcours aléatoire à travers mes étagères, que je suis allée, reniant mon allégeance au hasard, vagabonder du côté de chez Nietzsche, Guillevic et même Freud, par pure lubie je dois l'avouer.

Mais j'ai décidé de me ranger. Étagères nous revoici. Et pour ne pas faire dans la demi-sérieusitude, rejoignons donc l'Etagère des Essentiels. Dans toute bibliothèque en état de marche, il y a une étagère des essentiels. Elle doit être très accessible, car on y revient sans cesse, pour la raison qu'elle soutient les quelques bouquins vraiment indispensables à nourrir votre pensée. La mienne n'est pas grande ni haute, je parle de mon étagère pas de ma pensée (on ne se méfie jamais assez de l'esprit critique du lecteur). Mais elle suffit à accueillir, ils ne sont pas si nombreux, les livres qu'en bon français je nommerai mes musts.

D'abord, à propos de bon français, Petit Robert. A tout seigneur tout honneur. Robert avec qui nous dialoguâmes en un Abécédaire s'il vous en souvient (cf février 2014). Robert qui est deux, celui des communs et celui des propres. Avec la particularité pour ceux de mon étagère qu'ils ne sont pas jumeaux comme il se devrait. Au contraire pas loin de deux générations les séparent. Ce qui donne à mon Robert des noms propres datant de 1977 (antédiluvien autant dire) un charmant petit air de tomber d'une autre planète. Par exemple pour lui Duras est encore vivante. Guillevic n'existe pas. Franchement pour un dico à prétention littéraire ça la fout mal, vu que le mec à l'époque n'était déjà pas total inconnu dans les dîners en ville option je me la pète poète. Je sais bien qu'un dico a ses limites, que par définition il n'est pas aux avant-postes de la branchitude. Mais y a des limites aux limites. Or Euclidiennes a beau avoir été publié en 1967 eh bien dix ans après page 804 entre Guillet Léon ingénieur métallurgiste et Guillot-Gorju (Bertrand Hardouin de Saint-Jacques dit) farceur français (sic), pas plus de Guillevic que de beurre en broche. Décevant, non ?

L'avantage soyons positifs c'est que Robert millésime 1977 ignore tout par exemple au hasard de Sarkozy, ce qui n'est pas un mince plaisir dans la vie. (Pour la littérature j'en cause même pas). Dans le même ordre d'idées (si l'on peut dire) il ne connaît personne du nom de Le Pen. Mentionnons néanmoins pour être exhaustif son entrée Hollande notant tout à fait normalement qu'il s'agit de la désignation impropre donnée aux Pays Bas. Au fait vous diriez ça vous, désignation donnée à ? Bêtement j'aurais dit désignation de. Mais ce que j'en dis après tout c'est lui le dico. N'empêche : l'absence de Guillevic, cette tournure contournée, deux indices pour soupçonner que l'entente entre les deux Robert n'était pas au top en 1977. Divergences de programme, d'idéologie, rivalités personnelles ? Après tout les auteurs de dico ne sont que des hommes comme vous et moi. A propos c'est le moment de signaler que je propose à Robert disons 2050 de m'admettre parmi ses élus. Quoi, n'aurais-je pas le droit de revendiquer mon quart d'heure de mégalomanie depuis ma basse étagère ? (NB Robert 77 ignore aussi Andy Warhol).

Et puis réfléchissez : en 2050 donc mon nom sera inscrit au sein de Robert avec celui de Duras et Guillevic, certes. Mais aussi, sauf accident de gomme qui les effacerait d'ici là, avec les autres que j'ai cités plus haut.

Et ça, ça rend nettement plus modeste.

  

 

 

 

 

 

 

 

 

08:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)