Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/01/2016

Illumination

 

Résolution n°5 : Dire « lampion » une fois par jour.

 

Baroque ? Stupide ? Bizarre ? Pourquoi faire ce genre de truc ? Selon quelle motivation, dans quel but ? Quis quid ubi cur quomodo quando ? (Auriez-vous ajouté si vous fussiez venu et eussiez vu, à condition naturellement que vous vous nommassiez César Jules).

Le projet de dire lampion une fois par jour est totalement idiot, d'accord. Mais ne me faites pas croire que vous n'agissez que dans la rationalité la plus pesée et la motivation la plus justifiée. Eh bien pour moi c'est pareil voilà.

Et à tout prendre, le choix de laisser libre cours à son irrationalité et de déverser sa stupidité en des actes anodins qui ne font de mal à personne est-il si déraisonnable ? Y en quand même beaucoup qui pourraient en prendre de la graine, non ? Je pense qu'il est inutile que je développe des exemples.

Ceci posé, je veux bien tout de même éclairer votre lanterne plus avant sur les tenants et aboutissants de cette résolution.

Elle se décompose en deux étapes.

1 Décider de leitmotiver un mot.

2 Choisir pour ce faire le mot lampion.

L'étape 1 dénote un goût de la répétition qui peut être interprété comme :

a) un reste infantile. « Maman, tu me racontes l'histoire des porcs-épics ?

Encore, Toto ! Mais c'est une idée fixe ! Tu veux pas l'histoire des mecs dans la caverne, pour changer ? Ou du garçon de café qui se prenait pour un garçon de café ? Ou de Zarathoustra qui ...

Nan ! Veux les porcs-épics, na ! (sur l'air des lampions) Porképic porképic ! »

b) un TOC pour cadrer un TAG rebelle.

« Bon alors lampion lampion lampion. Je le dis 3 fois comme ça je peux oublier pendant 3 jours, euh non 2. Bon je recommence ... »

c) les premiers signes d'une démence sénile, telle la répétition obstinée de tel récit, tel le rappel incongru et constant d'un même fait perdu dans le passé.

« Je t'ai déjà raconté qu'on avait décoré tous les arbres du jardin avec des lampions pour le retour de ton grand père ?

Euh non Mamie, je crois pas, raconte ... »

N.B. Les hypothèses a b et c ne sont évidemment pas incompatibles.

 

Quant à l'étape 2, la question du choix du mot lampion :

Comme je compulsais un livre en papier bible (oui c'était mon Robert)

Je ne me sentis plus les mots trop rigoleurs (ça arrive aux meilleurs)

Alors tout guilleret fêtard insubmersible (et un peu ivre pour tout dire)

Sur la page « lampion » fit briller ses couleurs.

 

Illico je l'adoptai.

 

 

 

 

09:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

05/01/2016

Sens dessus dessous

 

Résolution n°4 : Mordre un chien.

Non mais c'est vrai ça ! Y en marre des relations à sens unique, des évidences à sens inique, marre des grosses bêtes qui font peur aux petites !

Le premier qui se pointe sans laisse je lui montre les crocs, le premier qui me montre les crocs je lui aboie bien fort jusqu'à ce qu'il me laisse.

Et s'il s'accroche je le mords, je le déchire, je le lacère, je le raboudine et j'en fais du mou pour le chat.

 

Variante 1 de la résolution 4 : Piquer une mouche.

Tiens, celle-ci par exemple, qui arrête pas de buzzer en zigzag contre le vasistas. Je vais l'attraper, lui ligoter les pattes et hop un petit coup d'épingle dans le gras de son bide. Pas pour faire mal, juste dissuasion anti zzz.

Sûr qu'après elle ira buzzer ailleurs, et elle a intérêt, parce que la prochaine fois je l'écrase. Aussi sec. Enfin euh … manière de parler, parce que … beurk.

 

Variante 2 de la résolution 4 : Tirer le nez des vers.

Ah parce que les vers ont un nez ? Pour tenir pareil propos il faut qu'elle en ait un, de verre dans le nez !

 

Ah non c'est un court quand même.

Faut-il ce nez le dessiner ?

Faut-il que je le théorème ?

C'est pas si dur à deviner.

 

Ce nez qui tant de fois a sauvé cet empire …

 

Merde j'ai mélangé mes fiches ...

Ne riez pas Comte de Guiche :

Un rien suffit à m'énerver

Vous me cherchez vous me trouvez !

Quoi ? Non je suis pas parano !

 

Mais à coup sûr je suis quelque chose de pire :

Envers et contre tout groupie de Cyrano.

 

 

 

 

 

 

 

09:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

02/01/2016

Poétique et toc

Résolution n°3 : Parler en vers.

 

Je saluerai le jour en ouvrant ma fenêtre,

Goûterai le soleil comme on goûte du miel,

La nuit ? Y échapper et ne pas m'y soumettre,

Et dans les jours de pluie deviner l'arc-en-ciel.

 

Je vivrai cette année comme on fait un poème,

Cherchant le mot précis : c'est le seul émouvant.

Bon je n'écrirai pas si beau que Ma Bohème,

Mais ce sera bien déjà d'aller de l'avant.

 

Quand on se sent sonné le dire en un sonnet,

Tousser une ballade si l'on est malade,

Les soucis les chagrins on en fera des stances.

 

Et quand avec l'aurore une joie sera née,

La fêter gentiment d'une petite aubade.

À existence on cherche une rime ... Évidence ?

 

 

Et si jamais tout ça vous paraît trop classique.

On peut opter pour du carrément plus basique :

 

Bonjour mon Chouchou as-tu bien dormi ?

Mais oui mon Doudou fais-moi un mimi.

Cette nuit j'ai fait un bien joli rêve …

Ah bon ton Surmoi est enfin en grève ?

 

Y a plus de PQ mets-le sur la liste,

Et faudra passer chez le garagiste :

Y a toujours un bruit dans c' foutu moteur ...

Il déconne encor tu crois l'injecteur ?

 

Je me disais pour l'anniv' à Toto

Ça serait bien que je fasse un gâteau.

Au chocolat c'est le mieux kes t'en penses ?

 

Oh là là déjà que j'ai des kilos

En trop ! T'as qu'à te remettre au vélo,

Ou carrément balancer la balance.

 

 

 

 

09:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)