Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/05/2016

Inconstance (5)

 

En pleine récréation de dix heures, Sylvestre, assis dans la salle de SVT, perçut tout à coup une inquiétante odeur de roussi.

Il se mit aussitôt à inspecter la pièce et s'aperçut qu'une fumée déjà épaisse passait sous la porte du débarras attenant. Là même où était remisé le vieil écorché empoussiéré qu'il remplaçait si avantageusement.

Sylvestre fit ce qu'il ne fallait pas faire : il ouvrit la porte. Preuve s'il en fallait que l'amour trouble l'entendement.

Sous l'effet de l'appel d'air, une vague brûlante submergea la salle. En bas dans la cour, on entendit les vitres se briser et l'on vit jaillir des fenêtres du quatrième de la fumée et des flammes.

Les pompiers furent immédiatement alertés, tandis que l'on se félicitait que le sinistre se fût déclaré à l'heure de la récréation, c'est à dire au moment où le bâtiment était vide.

Seul le gestionnaire se désespérait en envisageant l'ampleur des dégâts matériels. A ce mot de matériel, Mlle Fortmolle jeta un regard affolé autour d'elle, et, constatant que Sylvestre n'était pas là, comprit en un instant l'horreur de la situation, preuve s'il en fallait que l'amour aiguise l'intuition.

Avant que l'on ait eu le temps de l'arrêter, elle se précipita à l'intérieur et gravit les marches avec la vitesse du désespoir.

(La vitesse du désespoir est la résultante de l'énergie du désespoir quand il s'agit d'aller vite. Assez faible dans les conditions normales de température et de pression, elle croît linéairement avec leur augmentation).

Le quatrième étage, lorsqu'elle y parvint, offrait (si l'on peut dire, car on n'avait pas le choix) une vision d'apocalypse. Fumée luciférienne, effondrement de rideaux enflammés ... Le feu prenait même au parquet, car il y avait un parquet, horrible détail, au quatrième étage du lycée.

Quelque chose comme l'incendie d'Atlanta dans Autant en emporte le vent, se dit Mlle Fortmolle, preuve que le danger ne lui ôtait pas sa culture cinématographique. Car Mlle Fortmolle, sous ses dehors charmants, était bel et bien une forte femme.

C'est pourquoi, plaquant solidement un foulard sur son nez, elle progressa à travers la fournaise à la recherche de Sylvestre.

À suivre.

 

09:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

05/05/2016

Inconstance (4)

Mais Sylvestre ne voulait pas non plus se dévoiler. Il se méfiait de la curiosité malsaine qu'il pouvait susciter en ces matières. Il préféra donc s'accorder le temps de l'observation, histoire de s'assurer qu'il n'avait pas à faire à une perverse (comme il peut s'en rencontrer même chez les esprits les plus scientifiques).

Il continua donc de remplir son office aux heures voulues par l'emploi du temps, avec toute le détachement dont il était capable. Mais ne pouvait empêcher son cœur de battre un peu plus vite.

Ce que les élèves les plus perspicaces ne manquèrent pas de remarquer, mais se gardèrent de noter dans leur compte-rendu de T.P.

Mlle Fortmolle quant à elle ne se félicita jamais autant qu'en ces jours-là d'avoir une peau, et même une blouse blanche par-dessus pour cacher l'affolement de son propre cœur. Elle n'échangeait avec son assistant que des paroles strictement utilitaires et ne soutenait jamais plus d'une seconde le regard bleu Colorado.

Tant de retenue et d'émouvante pudeur eurent tôt fait de convaincre Sylvestre que si le cœur de Mlle Fortmolle battait si fort sous sa blouse blanche (ce qu'il n'avait pas manqué non plus de remarquer), c'était bel et bien sous l'effet d'un sentiment pur, au-dessus de tout soupçon de perversité.

Il décida donc de déclarer sa flamme.

 

Il choisit pour cela un jeudi, jour où Mlle Fortmolle gagnait la salle de SVT quelques minutes avant la fin de la récréation de dix heures. Comme les élèves limaçaient en général dix bonnes minutes dans les couloirs, il disposerait au bas mot d'un quart d'heure pour faire sa déclaration.

Et il se doutait qu'il n'aurait pas à s'expliquer si longtemps et que la cause serait vite entendue.

 

Mais c'était compter sans le destin, ou le hasard, on peut appeler ça comme on veut : cette chose-là, en tous cas, sans laquelle il serait masochiste et sans doute suicidaire de se lancer dans l'entreprise d'écrire des histoires.

À suivre.

 

 

09:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

03/05/2016

Inconstance (3)

 

Sylvestre se montra tout de suite très à l'aise dans son emploi. Au premier abord, les élèves ressentaient quelque gêne et détournaient les yeux. Mais Sylvestre était si bien dans sa ... euh, que bientôt leur devint toute naturelle l'investigation de leur regard sur la musculature palpitante offerte à leur curiosité scientifique.

Après tout c'était au programme, et comme Sylvestre n'était guère plus âgé qu'eux, ça leur rendait la science abordable.

Trop, selon un inspecteur de passage qui mit en garde Mlle Fortmolle contre ce qu'il qualifia dans son rapport de "proximité non critique avec l'objet d'enseignement". On n'imagine pas ce qu'un écorché vif peut bousculer d'institutions.

Mais Mlle Fortmolle était un esprit réellement indépendant, et compta pour rien la stagnation induite de sa note pédagogique.

A vrai dire, ce n'était peut-être pas l'esprit seulement qui était en cause. Outre sa belle voix, Sylvestre avait des yeux d'un bleu profond qui faisaient avec sa chair rouge un contraste des plus saisissants, genre ciel bleu sur canyon du Colorado (style chromo).

Et l'esprit scientifique ne peut rien contre les yeux bleus ni même les chromos : ce qui devait arriver arriva, Mlle Fortmolle tomba amoureuse de son assistant de travaux pratiques.

 

Elle avait beau s'employer à cacher soigneusement ses sentiments (ayant une haute idée de la déontologie professorale), Sylvestre, qui avait l'âme à fleur de … euh qui avait de la finesse, s'en aperçut.

Ce qui lui donna surtout à songer, ce fut la façon impatientée dont elle rabroua un matin en Terminale S4 une jeune fille d'ailleurs fort moyenne en SVT jusqu'ici : celle-ci joignait à l'observation visuelle de l'écorché la palpation de quelques muscles. Or, Mlle Fortmolle aurait dû en bonne logique encourager de telles initiatives. La biologie n'est-elle pas une science expérimentale ?

Sylvestre ne laissait pas lui-même de nourrir quelque tendresse à l'égard de Mlle Fortmolle : si elle n'avait pas les yeux bleus sur fond de Colorado, l'ensemble de sa personne était sans conteste assez engageant.

 

Le fait mérite d'être signalé, car, bien que ce soit tout à fait indiqué pour quelqu'un qui professe la biologie, ce n'est pas toujours le cas, selon la loi anthropologique dite du cordonnier mal chaussé.

 

À suivre.

 

 

 

09:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)