Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2015

Puissance dix

Dix est un chiffre pair. Donc féminin. Ce qui nous permet de constater une réalité inattendue pour le moins : dans notre système (décimal je veux dire), les chiffres directeurs, les maîtres-compteurs, sont féminins. Dix cent mille, autant de zéros que vous voudrez derrière le 1, ce sera du féminin puissance n.

Cela dit, dix et ses puissances ne sont féminines que parce que par convention zéro est pair, donc féminin. Ça relativise. Ça limite la portée. D'autant plus qu'en chiffre romain, 10 est X. Or s'il y a un truc qui porte la marque du masculin, pour ne pas dire les stigmates de ses plus sordides fantasmes, c'est bien le X. Et inutile d'avancer des arguments à la mords-moi le … euh je veux dire de mauvaise foi.

Genre comme quoi y aurait du gris qui ferait dans les nuances, des cinéastes et/ou écrivaines qui porteraient haut l'érotisme au féminin, bref du cul plus beauvoirien que bovaryste.

La vérité là-derrière c'est juste le fric par paquets de puissances de dix.

 

À propos de fric, il convient de noter que 10, contenant à la fois 1 et 0, peut chiffrer à lui tout seul l'ensemble des combinaisons de notre civilisation numérique. Comme GATC pour écrire les combinaisons de l'ADN. By the way dans Bienvenue à GATTACA je trouve que c'est Uma Thurman qui fait viril et le petit jeune, là (j'ai oublié le nom de cet acteur charmant au demeurant) qui fait fragile et féminin. Aucun rapport d'accord.

Tout ça pour dire que le binaire c'est d'enfer quand même quand on y réfléchit. Zéro ou un. Tout ou rien. Choisis ton camp. Zéro débat zéro blabla. Nique la casuistique et le paradoxe sceptique.

Computer 1 supputer 0.

OK rendons tout de même à César ce qui est à César. Par exemple ça simplifie tellement les démarches administratives. Ça permet de réduire le nombre de fonctionnaires. D'augmenter le chiffre de la croissance.

- De piloter les systèmes de sécurité d'une centrale nucléaire

- Euh là y a un petit risque non ?

- Le risque zéro n'existe pas.

C'est vrai. Contrairement au degré zéro de l'écriture.

 

Tiens, je m'aperçois que l'air de rien dix m'a ramenée à zéro. Dieu me démultiplie, serait-ce le signe d'une affinité entre nous deux ? Maintenant que vous le dites, 8 ressemble comme deux gouttes d'eau à deux zéros empilés l'un sur l'autre, non ? Huit égale double zéro. Non sans rapport avec la tête à Toto.

Mais stop, j'arrête d'être négative. Tais-toi et nage.

 

 

 

16:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

03/10/2015

Antiquités

On n'a pas encore envisagé la question des chiffres sous l'angle de leur possible romanitude. Une question qui ne m'a pas sauté aux yeux parce qu'elle était dans l'angle mort, forcément. Le latin étant une langue morte itou. Quoique. Pas pour tout le monde. Y a encore de par le vaste monde des colloques en latin où se retrouvent quelques spécialistes pour causer en latin du latin pour le latin. Et ainsi éviter son déclin.

Chiffre à ma connaissance n'existe pas en latin, du moins en latin classique. Pour dire chiffre le Romain disait numerus. Pas étonnant car primo le Romain n'était pas poète mais commerçant ou à la rigueur guerrier, et secundo n'ayant pas encore rencontré la civilisation arabe, il n'avait pas idée du chiffre idem.

Non en fait j'exagère, des poètes latins y en a des super, style Horace ou Ovide. Et les Romains rencontrèrent la civilisation punique en Afrique du Nord. Mais leur conclusion, répétée ad libitum, fut delenda Carthago, si bien qu'on remit les échanges culturels aux calendes grecques.

 

Les chiffres romains, comme VIII & IX et cetera, c'est joli aussi, dans un autre style que les arabesques des chiffres idem. Et puis c'est sympa à faire avec des allumettes. Ou avec des bûchettes. Sans me vanter à l'école de mon temps on apprenait à compter avec des bûchettes. Pas avec des bouliers car c'est pas d'aujourd'hui qu'on est obligé de faire des économies sur le matériel pédagogique.

Aujourd'hui on apprend avec des logiciels que des entreprises privées vendent bien cher à l'éducnat. À l'économie comme à l'économie.

Avec 10 bûchettes on faisait un fagot. Et puis on faisait des opérations. Genre trois fagots plus deux bûchettes multipliés par deux fagots plus trois bûchettes égalent ?

Non en fait je ne me souviens pas si on disposait des super-fagots nécessaires à matérialiser les centaines. Probablement qu'on n'est jamais allés assez loin dans la forêt pour ramasser autant de bois. D'ailleurs à Marseille la forêt elle était pas à côté de mon école. Moins près que la mer.

Peut être on comptait en grains de sable ou en bulles d'écume.

Comme se compte le temps qui vous file entre les doigts.

On comptait sur les doigts aussi, surtout pour matérialiser les retenues dans les opérations. C'est une chose qui m'arrive encore quand je fais un calcul « de tête ». Liaison du corps et de l'intellect.

Compter sur ses doigts, reste d'enfance. Au temps où apprendre les chiffres était les prendre par la main, et compter chanter une comptine.

Un deux trois nous irons au bois …

 

 

09:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

30/09/2015

Sept

Facile à écrire donc le 7, d'après 100% des hommes sondés dans le cadre de notre récente enquête. Mais il a d'autres atouts dans son jeu.

Pas côté jeux de cartes, cependant, où il fait plutôt dans la médiocrité. Sauf au Nain Jaune je vous l'accorde mais globalement être sept c'est moins valorisant qu'As de Pique. Mais ne me lancez pas sur les cartes je suis intarissable. Il m'arrive encore comme au temps de mon enfance de comparer les couleurs, en leur assignant des associations personnelles.

 

Carreau est ma préférée, couleur pour moi de l'activité et de la création (va savoir pourquoi ?) Cœur à qui j'ai une relation ambivalente, ce qui n'étonnera pas Papa Sigmund (au fait pourquoi il dit plus rien ? J'ai dû finir par le vexer). Couleur rouge, majeure au bridge : deux bons points. En revanche les figures de cœur sont d'une mochitude indécente vu leur responsabilité du point de vue de la passion & du romantisme.

Trèfle j'ai un vieux compte à régler avec lui vu mon rapport calamiteux à l'argent, et surtout au fait d'en gagner. Raison pour laquelle je me réjouis qu'il soit la plus faible couleur au bridge. Comme quoi la justice distributive c'est pas des blagues. Réconfortant, non ?

Pique c'est la classe y a pas à dire, les figures de Pique sont les plus belles, en plus le logo est issu de la fleur de lys. Mais au fond je trouve qu'il se la joue trop, avec ce côté grand jeu mélancolique, la Mort en filigrane tout ça. La Dame de Pique n'est pas sans m'évoquer Callas dans la Médée de Pasolini. D'ailleurs la preuve elle s'appelle Pallas. Pallas = Callas + P(asolini) CQFD.

 

Pour en venir aux titres de gloire, 7 peut se prévaloir des péchés capitaux (et consécutivement du film Seven : Brad Pitt, Morgan Freeman, et cerise sur le gâteau le charme très As de Pique de Kevin Spacey). Des 7 merveilles du monde. Tiens ce serait un jeu marrant d'associer une merveille et un péché.

Style paresse avec jardins suspendus de Babylone, orgueil avec Colosse de Rhodes. Statue de Zeus de Phidias avec colère (orage foudre et éclair). Luxure avec le temple de Diane la chaste déesse (par conséquent support d'un max de fantasmes). Envie avec le tombeau de Mausole (couple fusionnel jalousie tout ça). Avarice avec les pyramides d'Egypte (leur forme de coffrets, sans compter les feuilles d'or par ci par là sur les momies ou quoi que ce soit).

Restent le phare d'Alexandrie et la gourmandise. Là c'est moins évident. Sauf à imaginer le gardien du phare se bourrant de loukoums par boulimie affective dans sa solitude.

 

Sept c'est aussi, surtout, la semaine. Rituel retour des jours, domestication de l'angoisse devant le temps qui file, maîtrise de l'agenda. Un chiffre idéal pour les profils obsessionnels. Oui finalement, si je n'avais pas partagé tant de temps et d'émotions avec 8, ce serait bien tentant le 7.

 

Sans compter que c'est super facile à écrire.

09:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)